13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 18:00

L'homosexualité a été longtemps considérée comme une maladie. Ce n'est qu'en 1973 que l'APA (American Psychological Association) supprime du DSM IV l'homosexualité dans la liste des troubles mentaux. Et ce n'est qu'en 1992 que l'Organisation mondiale de la Santé supprime de la liste des maladies dans sa classification internationale des maladies. 

Mais cette suppression littéraire est loin d'anéantir le stigmate, les préjugés et la discrimination que les personnes homosexuelles ou bisexuelles peuvent vivre tout au long de leur expérience de vie. 

On a trop longtemps pensé l'homosexualité comme une maladie mentale, maladie qui pouvait se guérir, pour que la société en supprime toute la discrimination qui s'y attache. 

Être homosexuel(le) devrait être aussi naturel qu'être hétérosexuel(le). C'est souvent la peur d'être mis à l'écart qui provoque la peur de le dire, la peur de l'admettre. 

L'orientation sexuelle ne peut être pensée en termes de bon et mauvais choix, mais elle peut être source de mal-être, de souffrance, de déni. 

couple-mains.jpg

Qu'est-ce que l'orientation sexuelle ? 

Une orientation sexuelle se réfère à un mode durable de réactions émotionnelles, au sentiment d'une personne vis à vis de ses attractions sexuelles, des comportements qui y sont liés. 

On peut considérer plusieurs types d'orientation situés sur un continuum qui va de l'attraction exclusive à une personne de sexe opposé à l'attraction exclusive d'une personne du même sexe. Pourtant, en dehors de ce continuum, il est facile de cerner trois catégories : 

1. l'hétérosexualité avec attraction et troubles émotifs envers les personnes de sexe opposé

2. la bisexualité avec attraction et troubles émotifs envers les hommes comme les femmes

3. l'homosexualité avec attraction et troubles émotifs envers les personnes de même sexe. 

L'orientation sexuelle ne peut pas être définie par les autres composantes de sexe et de genre, c'est à dire par le sexe biologique (sexe féminin ou masculin), par l'identité sexuelle (le fait de se sentir femme ou homme) ou par le rôle social dévolu à chaque sexe (le comportement masculin ou féminin). 

L'orientation sexuelle est en fait définie par les relations aux autres, les relations intimes et personnelles qui répondent aux sentiments d'amour, d'attachement, d'engagement. L'orientation sexuelle est ainsi plus qu'une caractéristique personnelle mais une identité personnelle au sein d'un groupe. 

Comment sait on que l'on est homosexuel(le) ? 

C'est souvent une question que viennent me poser des hommes et des femmes qui, parlant de leur sexualité, de leur désir amoureux ont des craintes plus que des doutes. La crainte de l'être, de le devenir plus que des doutes de l'être ou de le devenir. La crainte est soumise aux pressions des croyances, les doutes à son choix personnel. 

Notre orientation sexuelle émerge à la pré-adolescence et survient très souvent avant qu'aucune expérience sexuelle ne se soit concrétisée. Beaucoup de gens ont des premières expériences qui n'ont rien à voir avec leur orientation sexuelle future. Il n'est pas rare que les adolescents aient des relations avec une personne du même sexe qu'eux, sans pour qu'autant cela définisse leur orientation sexuelle future et qu'ils soient ainsi identifiés comme homosexuels ou même bisexuels. 

Comme les préjugés et l'homophobie rendent difficiles le choix à faire et la revendication d'une identité sexuelle minoritaire, il arrive très souvent que la réconciliation avec ce choix passe par un processus lent et douloureux. 

Quelles sont les causes de l'homosexualité ? 

Les théories sur l'homosexualité sont nombreuses, sans qu'aucune ne parvienne à faire l'unanimité. 

Pour la psychanalyse, l'homosexualité est une réponse à un état de conflit, le plus souvent né au sein de la famille restreinte. 

Pour les psychosociaux, l'homosexualité est le résultat de multiples facteurs environnementaux et une tendance personnelle à répondre à l'environnement par cette orientation. 

Pour les biologistes, l'homosexualité est hormonale, voire génétique. Pour les neuro-scientifiques, elle est la réponse à un fonctionnement particulier du cerveau. 

Pas de consensus, donc, mais une idée qu'il n'y a pas un seul facteur et que les multiples facteurs appartiennent à de multiples domaines : familiale, social, culturel, biologique ... 

Pas de consensus et pourtant parfois une souffrance qui va bien au-delà de la simple orientation sexuelle parce qu'elle met en jeu une multitude de croyances. 

L'impact de l'homosexualité 

Les croyances faites de préjugés, d'idées négatives ont un impact social et personnel.

Sur le plan social, sans qu'il n'y ait aucune preuve, ces croyances excusent le traitement inégal que l'on adopte pour les personnes homosexuelles en leur limitant certains droits fondamentaux, comme celui d'être parent ou de se marier, en limitant leur sentiment comme si aimer une personne du même sexe ne pouvait avoir la même définition qu'aimer une personne de sexe opposé. 

Sur le plan personnel, ces croyances ont des conséquences parfois négatives, contraignant certains à dissimuler ou nier leur orientation sexuelle. Cela contribue à fortement diminuer l'image de soi, c'est à dire l'affirmation de soi et la confiance en soi. Les croyances peuvent se manifester par des comportements homophobes qui favorisent le stress chronique des personnes ayant une faible d'estime d'eux mêmes. Ces questions sont très difficiles quand le soutien social de l'environnement n'existe pas. 

Faut-il dire aux autres que l'on est homosexuel(le) ? 

Pour sortir de cet état de mal-être lié à l'orientation sexuelle difficilement assumée, les recherches ont montré qu'il était nécessaire d'avoir un sentiment positif vis à vis de son orientation sexuelle et qu'une bonne intégration dans la vie sociale favorisait le bien-être. Cette intégration implique souvent d'annoncer son orientation sexuelle à ses proches, de discuter de cette orientation avec les autres. 

Mais la première étape est la reconnaissance envers soi. Beaucoup de gens se posent des questions sur leur orientation sexuelle, sur les attraits physiques et les émotions générées par les autres. Et se poser ses questions ne veut absolument pas dire que l'on est homosexuel(le). 

Pour trouver une réponse, chacun a sa méthode, et toute méthode est bonne à partir du moment où elle permet d'identifier son choix, de découvrir sa propre identité sexuelle. 

L'identité sexuelle est un choix qui en implique d'autres. Et il implique surtout de poser la question de savoir si on prend la décision suivante : celle de le dire à ses proches. Pour cela, il faut considérer l'aspect des risques et des avantages qui, eux, se déterminent personnellement selon la propre idée que l'on a de son niveau de confort. 

couple.jpg

Partager cet article

Publié par Mary Gohin - dans Sexologie
commenter cet article

commentaires

quessandier 21/05/2012

Très bon résumé de la sexualité. Mais vous dites "identifier son choix", nous n'avons pas le choix de notre identité sexuelle, elle s'impose à nous, nous submerge. Dire que nous "choisissons",
c'est dire que nous pouvons si nous le désirons opter pour une autre sexualité. L'orientation sexuelle ne propose pas d'alternative. Sinon la majorité des homos opteraient pour l'hétérosexualité à
l'adolescence plutôt que souffrir de leur différence. Je pense que le mot "choix sexuel" fait peser une responsabilité qui n'a pas lieu d'être sur nos épaules.

Léa 13/08/2012

Cet arcticle a été écrit pour une de vos patiente à la suite de sa demande : "que savez-vous sur moi que je ne connais pas?, pour m'éclairer sur mes souffrances". Un déni d'homosexualité tel que
celui décrit dans votre article pose question sur le bien-fondé du métier d'accompagnant pour aider l'autre dans la connaissance de soi. Je suis intimement persuadée que la parole, les yeux dans
les yeux prévaut tous les écrits de style théorique comme vous pourriez le déclamer en un cours magistral sur l'identitésexuel. Votre patiente en a souffert car elle est restée sans réponse
précises à ses nombreuses questions sur elle-même.

Présentation

Mary Gohin

Psychologue

Adultes et Couples

Lyon 5ème, 5 rue saint Alexandre

04 78 250 277 - 06 42 686 383.        

Contact

Recherche

Renseignements

Entretiens individuels ou en couple

du Mercredi au Samedi 
5 rue Saint Alexandre Lyon 69005
04 78 250 277
Lundi et Mardi
Par téléphone
Par webcam : TonPsy

Articles Récents

  • Petites règles de communication : les mots qui tuent..
    Parler au voisin que l'on rencontre dans la rue ou parler au commerçant de notre quartier est assez simple. Il suffit souvent de connaître les mots et les formules de politesse pour passer pour quelqu'un d'aimable et de sympathique. Mais parler à celui...
  • Petit aperçu sur les phobies
    Définition La phobie est un trouble de l'anxiété, généralement définie comme une peur persistante d'un objet, d'un animal ou d'une situation qui oblige la personne à avoir des attitudes disproportionnées par rapport au véritable danger que pose l'objet,...
  • Réussir une pause dans une relation de couple
    Qu'est ce qu'une pause dans une relation ? Quand le couple traverse une crise majeure, souvent due à de nombreux points laissés en non-dits entre eux, la question d'une pause, d'une séparation provisoire se pose parfois. Cela permet d'éviter les conflits...
  • Le traumatisme émotionnel et psychologique
    Comment définir le traumatisme ? La définition du traumatisme émotionnel a radicalement changé au cours de ces dernières années. Jusqu'à récemment, on parlait de traumatisme chez les hommes après les guerres. Puis on a élargit la définition aux femmes...
  • Gérer ses émotions
    Brève définition Les émotions sont subjectives. Ce sont des réponses à des événements qui ont une signification particulière pour l'organisme. Elles répondent ainsi à des besoins. Elles sont de durée brève et sont composées d'un ensemble coordonné de...
  • Anxiété : attaque de panique
    Définition de l'attaque de panique Une attaque de panique est une réponse incontrôlable et terrifiante à des situations non menaçantes et ordinaires. Elle se manifeste par une peur intense qui déclenche des réactions physiques violentes. La personne a...
  • Couples : Se rencontrer sur Internet....
    On pourrait dire que l'amour est l'amour et qu'importe comment et où on le trouve. Si on parle de durabilité d'un couple, c'est pratiquement vrai. Mais quand on parle de rencontre, c'est un peu différent. Pour rendre un couple durable, ce n' est pas la...
  • Affirmation de soi : être assertif
    Définition brève L'affirmation de soi est une qualité qui permet d'être sûr de soi sans être agressif. Or, cette qualité est une compétence qui s'apprend. En relations interpersonnelles, c'est un mode de communication que l'on appelle "communication assertive"....
  • Anxiété : les 3 stratégies apaisantes
    Définition brève de l'anxiété L'anxiété est un état désagréable, né d'un sentiment d'inquiétude, qui se manifeste par un comportement nerveux, affectant plus ou moins notre vie quotidienne. C'est comme un signal indiquant qu'il y a un danger potentiel....
  • Couple : compromis ou concession ?
    Dans une relation amoureuse, les différences d'opinion, de goût et d'envies peuvent devenir sources de conflits. Or, souvent, on ne parvient pas à faire la distinction entre le compromis et la concession, si bien que résoudre un conflit peut faire peur...

Catégories

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog