30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 12:44

Poursuivant ma quête de sens sur le biais cognitif, le biais rétrospectif est le plus difficilement maîtrisable.

Pour rappel, un biais cognitif est un court-circuit mental permettant de traiter rapidement l'information pour que nous puissions nous faire tout aussi rapidement une analyse en cohérence avec notre vision du monde. Mais ces biais rapides nous conduisent parfois à faire des erreurs de raisonnement et de jugement. 

biais-retrospectif.jpg

Le biais rétrospectif est le fait de reconstruire sa mémoire  après l’information parce que l’on interprète le sens de l’information par rapport à notre passé, en fonction d’autres faits connus et par rapport à nos convictions. On juge qu’un évènement était probable ou prévisible alors que rien dans le passé ne laissait prévoir de façon convaincante sa possibilité. En fait, on cherche à rendre le présent cohérent avec le passé. 

Après l'évènement, on croit connaître le résultat avant qu'il se soit réellement passé. 

Cette inclination à biaiser notre jugement apparait dans notre vie personnelle lorsqu’on nous annonce quelque chose de surprenant, d’étonnant, un fait très marquant socialement ou affectivement.

Cela peut être la victoire de notre équipe favorite, le cancer de notre voisin, le divorce de notre oncle, une catastrophe nationale, le résultat d'une élection, d'une enquête ou d'une étude.

Pour ne pas passer pour celui qui n'était pas informé, qui n'a pas su utiliser son intelligence rationnelle, qui n’a pas pu prévoir cet évènement inattendu, nous allons nous persuader que nous savions, que nous l’avions bien prévu.

On s’exclame :

"Je le savais."

"J’en étais sur ! "

"C'est exactement ce que je pensais."

Quand on apprend quelque chose de nouveau, nous avons tendance à recomposer notre mémoire, pour ne pas être surpris en flagrante défaillance de mémoire et de raisonnement. Nous allons alors nous persuader que nous étions au courant, que nous avions bien prévu cet évènement inattendu que tout était bien prévisible pour nous. On ne peut tout simplement pas admettre que nous pourrions avoir été dans l’erreur.

Ainsi, nous accordons toujours plus d’importance à ce que nous savons par rapport à ce que nous ne savons pas. Et, comme nous ne parvenons pas à prédire, nous justifions a posteriori.

Nos anticipations ne sont pas rationnelles comme nous le pensons. Nous ne parvenons pas à être objectifs car nous sommes toujours partiaux. Nous avons l'impression d'avoir le contrôle sur ce qui peut arriver. 

En lisant cet article, il est fort possible que vous vous disiez "mais oui, je le savais !". Car ce biais est pratiquement inévitable, autant pour les experts d'un domaine (justice, médecine, psychologie, politique, histoire...) que pour le quidam ordinaire. Ce biais est essentiellement présent quand l'évènement a une issue défavorable et que les conséquences sont graves.

Dans la mesure du possible, il faut utiliser des stratégies pour reconnaître et réduire le biais rétrospectif dans l'évaluation des résultats imprévus et des évènements indésirables. Il faut remettre en cause notre opinion quand nous pensons connaître déjà ce que  l'on nous apprend.

Partager cet article

Publié par Mary Gohin - dans Cognitions
commenter cet article

commentaires

claire 30/12/2010


mais oui, je le savais....


Margaux 10/08/2013

Est-ce toujours valable pour tout les individus? Quand, par exemple, je formule, "j'aurais dû le penser" fait parti de ce biais?
Dans mon cas, je considère que nos expériences vécus peuvent avoir une réelle action anticipatoire chez n'importe qui, puisqu'il m'arrive, par exemple, par force d'oublier les clefs de me
familiariser avec les endroits où je les délaisse généralement et me permet de les retrouver plus en plus rapidement...! Quand on les retrouve, on s'exclame: "je le savais!" qui est pourtant
justifié par l'expérience passé, donc on anticipe...
Comme une personne qui joue régulièrement aux jeux, il apprend de ses erreurs et le prévient car apprise ou vécue. Rien d'une illusion ou d'une duperie de notre cerveau, on est pas assez attentif à
nos souvenirs ou on ne les sollicite pas toujours comme il faut...
Illusion? Pas tout à fait approprié puisque controversable ou explicable. Ne dit-on pas que chaque chose créé à sa part de réalité par son expérimentation?...
La psychologie cognitive a loin d'avoir toutes les réponses et on ignore souvent les personnes particulières qui ont des facultés d'analyse, décision, anticipation très développées...!
Je viens de réduire ici un certain "empirisme" basé sur une théorie d'attitude =3

Présentation

Mary Gohin

Psychologue

Adultes et Couples

Lyon 5ème, 5 rue saint Alexandre

04 78 250 277 - 06 42 686 383.        

Contact

Recherche

Renseignements

Entretiens individuels ou en couple

du Mercredi au Samedi 
5 rue Saint Alexandre Lyon 69005
04 78 250 277
Lundi et Mardi
Par téléphone
Par webcam : TonPsy

Articles Récents

  • Couple : renouer la relation rompue
    Préambule J'ai beaucoup hésité sur le titre de cet article. Fallait-il que je dise " stratégie pour récupérer son ex" ou " comment renouer la relation rompue". "Récupérer" fait, pour moi, beaucoup trop penser à un objet et "stratégie" à manipulation militaire....
  • Petites règles de communication : les mots qui tuent..
    Parler au voisin que l'on rencontre dans la rue ou parler au commerçant de notre quartier est assez simple. Il suffit souvent de connaître les mots et les formules de politesse pour passer pour quelqu'un d'aimable et de sympathique. Mais parler à celui...
  • Petit aperçu sur les phobies
    Définition La phobie est un trouble de l'anxiété, généralement définie comme une peur persistante d'un objet, d'un animal ou d'une situation qui oblige la personne à avoir des attitudes disproportionnées par rapport au véritable danger que pose l'objet,...
  • Réussir une pause dans une relation de couple
    Qu'est ce qu'une pause dans une relation ? Quand le couple traverse une crise majeure, souvent due à de nombreux points laissés en non-dits entre eux, la question d'une pause, d'une séparation provisoire se pose parfois. Cela permet d'éviter les conflits...
  • Le traumatisme émotionnel et psychologique
    Comment définir le traumatisme ? La définition du traumatisme émotionnel a radicalement changé au cours de ces dernières années. Jusqu'à récemment, on parlait de traumatisme chez les hommes après les guerres. Puis on a élargit la définition aux femmes...
  • Gérer ses émotions
    Brève définition Les émotions sont subjectives. Ce sont des réponses à des événements qui ont une signification particulière pour l'organisme. Elles répondent ainsi à des besoins. Elles sont de durée brève et sont composées d'un ensemble coordonné de...
  • Anxiété : attaque de panique
    Définition de l'attaque de panique Une attaque de panique est une réponse incontrôlable et terrifiante à des situations non menaçantes et ordinaires. Elle se manifeste par une peur intense qui déclenche des réactions physiques violentes. La personne a...
  • Couples : Se rencontrer sur Internet....
    On pourrait dire que l'amour est l'amour et qu'importe comment et où on le trouve. Si on parle de durabilité d'un couple, c'est pratiquement vrai. Mais quand on parle de rencontre, c'est un peu différent. Pour rendre un couple durable, ce n' est pas la...
  • Affirmation de soi : être assertif
    Définition brève L'affirmation de soi est une qualité qui permet d'être sûr de soi sans être agressif. Or, cette qualité est une compétence qui s'apprend. En relations interpersonnelles, c'est un mode de communication que l'on appelle "communication assertive"....
  • Anxiété : les 3 stratégies apaisantes
    Définition brève de l'anxiété L'anxiété est un état désagréable, né d'un sentiment d'inquiétude, qui se manifeste par un comportement nerveux, affectant plus ou moins notre vie quotidienne. C'est comme un signal indiquant qu'il y a un danger potentiel....

Catégories

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog