29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 15:04

Quand on apprend soit par l'aveu direct soit par l'aveu indirect, l'aventure extra-conjugale de son partenaire, le monde semble s'écrouler sous nos pieds et la douleur de la trahison est parfois si violente qu'elle se manifeste physiquement. 

Les couples qui viennent alors me consulter ont fait le premier pas essentiel vers la mise à plat cet accident de vie. Je leur prodigue alors quelques conseils que je tiens à partager ici. 

cles.jpg

1. Dire tout, oui, mais... 

C'est évident que celui qui a trahi la confiance de l'autre se doit de dire toute la vérité. Même celle qui fait mal, très mal. Celui qui a été trahi entre très souvent dans une escalade de questions qui n'aura jamais de fin. Aucun récit n'apaisera la souffrance, aucune promesse n'atténuera le sentiment de trahison. C'est donc vain de poursuivre inutilement. 

Le déséquilibre entre les partenaires est alors très fort. La souffrance de l'un est différente de la souffrance de l'autre. Mais chacun souffre et cette souffrance doit être reconnue par celui qui a trahi comme par celui qui est trahi. 

Celui qui a trahi doit pouvoir montrer que l'histoire est finie. Celui qui a été trahi doit pouvoir cesser toutes les questions qui ne font qu'enrichir la souffrance. Le tiers de cette histoire ne doit plus apparaître au milieu du couple. C'est à dire que son nom doit être effacé de toutes les entrées des listes de contact et également effacé de toutes les communications du couple. 

Le couple doit se recentrer sur le couple. 

2. Objectiver la situation du passé

L'étape suivante qui marque le chemin de la "reconstruction" du respect mutuel après une aventure extra-conjugale est celle qui consiste à ouvrir la communication sur les ressentis qui ont précédés l'accident de vie. Chaque partenaire doit retrouver ce qu'il pensait, comment il pensait. On doit pouvoir dire ce qui faisait souffrance avant, autant celui qui a trahi que celui qui a été trahi. 

Cela revient sans doute à chercher le pourquoi. Mais pas n'importe lequel pourquoi. Le pourquoi du couple et non le pourquoi de chaque partenaire. 

Le blâme, le reproche doivent être oubliés. Ce n'est pas un procès que l'on fait mais une aventure à deux que l'on reprend, là où elle s'est arrêtée. 

C'est le travail sur le couple le plus difficile car ce qui est essentiel n'est pas de se faire comprendre mais de comprendre l'autre. Et pour comprendre l'autre, il faut l'écouter, donc l'interroger. 

- Comment tu pensais que je pensais à ce moment là ? Que croyais tu sur moi ?

- Qu'est ce qui était difficile pour toi ? 

3. Retrouver le respect

Le respect est le fondement de la confiance. Or, la confiance après cet accident de vie est, pour celui qui a été trahi, une mission presque impossible, une montagne inatteignable. En travaillant sur le respect, l'aspect du travail semble plus réalisable et réaliste.

Or, pour retrouver le respect de l'autre, il faut retrouver son propre respect, c'est à dire travailler également sur l'estime de soi.

Une des façons de travailler le respect est de retrouver toutes les raisons qui vous ont unies un jour. Et cette communication doit se jouer par question - réponse et non affirmation de ce que l'on est. On cherche l'autre pour se trouver soi. 

- Pourquoi es tu fier(e) de moi ? 

Encore une fois, le primordial est l'écoute de l'autre. 

Il est évident que dans une aventure extra-conjugale, les deux partenaires ont évolué souvent côte à côte et non main dans la main. C'est ce chemin commun qu'il est nécessaire de restaurer. 

Mais attention, un chemin commun n'est pas un chemin identique. Un chemin commun est un chemin qui respecte les différences de chacun, accepte les importances différentes de chacun parce que chacun a reconnu la différence de l'autre. 

C'est vrai que se faire conseiller et suivre par un professionnel dans ce cas, est beaucoup plus facile et peut être moins long. Seulement, cette décision ne peut être que commune. 

Partager cet article

Published by Mary Gohin - dans Couples
commenter cet article

commentaires

Cathy 21/06/2012

Me trouvant dans la situation de conjoint trompé que vous décrivez ici, je souscris tout à fait à la nécessité du respect sans lequel aucun avenir commun n'est possible et surtout si l'on accepte
de comprendre et de traiter les causes ayant mené à l'aventure extra-conjugale, cependant lorsque vous mentionnez - avec raison - à quel point il est important que l'existence du tiers soit
effacée, il me manque ici une notion de délai. En effet, même s'il est nécessaire de mettre fin à l'aventure extra-conjugale au moment où celle-ci est révélée ou découverte - ce qui a été le cas -,
et cela par considération pour le conjoint complètement anéanti par la trahison, est-il réellement possible de supprimer tout contact téléphonique ou via textos avec le tiers lui/elle aussi anéanti
et dont l'état de souffrance provoque un sentiment de culpabilité chez le conjoint qui a trompé? Doit-on accepter un temps de transition qui permettrait de pacifier les choses ou doit-on exiger la
suppression de tout contact?

femme trompée 03/12/2012

Mon conjoint a aimé le "tiers" et a vécu avec quelques mois. Je ne l'ai pas lâché un seul jour depuis la séparation en lui faisant part au quotidien de nos problèmes matériels, des bêtises de notre
fils de 26 ans, de mon mal être depuis qu'il est parti, de ce que je fais, de ma tentative de suicide etc ...
Excédée, le "tiers" a eu des scènes de jalousie qui ont joué en ma faveur.
Il a fait plusieurs va-et-vient entre nous et finalement, il me revient
Il promet qu'il coupe tous contacts et il le fait.
Mais le "tiers" continue de donner de ses nouvelles.
Comment pourrions-nous traverser cette crise si le "tiers" reste disponible pour lui

fabienne 25/07/2013

Que faire lorsque l'infidélité a donné lieu à une naissance? Nous avions décidé que le seul lien serait l'argent versé, mais 3 ans plus tard je découvre qu'il voit toujours le tiers au cours de
réunions (elle devait démissionner et sinon lui) et qu'il voit régulièrement l'enfant au domicile du tiers. Il dit y aller pour l'enfant, a du plaisir à le voir mais n'y pense pas quand il ne le
voit pas et il espère que l'enfant ne s'attache pas. Je n'arrive pas à retrouver la paix dans ma tête.

Karl 30/01/2014

comment vous percevez l'idée de faire une pause après une aventure ? lorsque celui qui trahit a reconnu avoir eu une aventure ?

faut il revenir sur les moindres détails de l'histoire par culpabilité ou au contraire laisser tout au passé si en plus on a plus de contacts de quelque nature que ce soit avec "le tiers" ?

Mon avis est qu'après avoir dépassé cette étape de la confession, et une fois que la personne trahie se sent prête à passer à autre chose. il n'y a pas besoin de revenir sur les détails de
l'histoire si en plus on a plus de contacts avec le tiers parce qu'en reparler ne peut faire nullement de bien à la relation.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog